Délégationd’Ille-et-Vilaine

Rennes

Maraudes en centre-ville, à la rencontre des personnes à la rue

Ces bénévoles du Secours Catholique, on les voit peu au siège de la délégation. Et pourtant, auprès des personnes à la rue, ils jouent un rôle irremplaçable. Deux soirs par semaine, ils arpentent les rues de Rennes pour les rencontrer, leur proposer un café chaud ou une soupe, et parler, discuter, simplement, fraternellement.

Maraudes en centre-ville, à la rencontre des personnes à la rue

publié en février 2014

Ils sont une quinzaine, jeunes actifs et étudiants, âgés de 25 à 35 ans, à se retrouver vers 19 h, les lundis et mercredis soir, rue Saint-Georges à Rennes, dans un local prêté par la paroisse Saint-Germain, où ils rangent sacs à dos et bouteilles thermos. Jusqu’à 22 heures, ils suivent à pied leurs circuits, vers la place Sainte-Anne et le nord du centre-ville pour les uns, vers la gare et le Colombier pour les autres. Ils s’en écartent aussi, quand des SDF leur signalent d’autres personnes à la rue, à l’écart des lieux habituels de rencontre. Ils poussent la porte des bars, où ils sont bien accueillis, pour faire le plein d’eau chaude quand les thermos sont vides, pour offrir les soupes et cafés lyophilisés qui réchauffent et autour desquels on prend le temps d’échanger.

Ces bénévoles du soir sont fidèles et réguliers, car ils savent que c’est ainsi que se créent les liens et la confiance : les gars de la rue attendent d’une semaine sur l’autre la venue des bénévoles qu’ils connaissent bien, ils aiment prendre le temps d’échanger avec eux, donner des nouvelles, discuter aussi bien de sujets de société que de soucis quotidiens. « Être bénévole aux tournées de rue, pour moi, c’est découvrir des personnes, dans toute la richesse de leur parcours de vie. En discutant avec eux, je me rends compte que nous nous ressemblons et que nous avons souvent les mêmes réflexions sur le sens de la vie, que nous avons des intérêts communs. Chaque personne peut se retrouver, après un accident de vie, dans cette situation », explique Julie.

Les « maraudeurs » ont une vie d’équipe : ils se retrouvent après la tournée de rue pour manger un morceau. En décembre, ils partagent, à la délégation, un repas de Noël avec l’équipe et les personnes qui fréquentent l’accueil du lundi après-midi.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne