Visuel bannière
Véronique Aulnette _ Secours Catholique Ille et Vilaine
Commune
35000 RENNES
Contenu national
Thème
Vie de l’association

Trois questions à Véronique Aulnette, déléguée d’Ille-et-Vilaine

Paragraphes de contenu
Ancre
0
Texte

Véronique Aulnette est la nouvelle déléguée départementale du Secours Catholique d’Ille-et-Vilaine depuis le 1er avril 2022. Elle répond à nos questions et nous présente son parcours, son rôle, ainsi que les projets de l’association pour cette année.

Ancre
Titre du paragraphe
Comment es-tu arrivée au Secours Catholique ?
Texte

J’ai fait une grande partie de ma carrière dans le Service public et plus exactement au département d’Ille-et-Vilaine à la direction de la Solidarité humaine qui a en charge la mise en œuvre des orientations de la politique du département en faveur des personnes âgées, des personnes handicapées, des personnes vulnérables. 

Durant ces années, en lien étroit avec les associations de parents pour personnes handicapées, nous avons œuvré pour créer des structures ou des services adaptés, innovants et répondant à leurs besoins.  Par la suite, mes fonctions de responsabilité à la Maison départementale des personnes handicapées m’ont confrontée à la question de l’accès aux droits : beaucoup de personnes en situation de handicap ne font pas valoir leurs droits par manque de connaissance, par crainte d’une stigmatisation… Simplifier les procédures, permettre aux personnes de connaître leurs droits, à ce qu’elles soient entendues et écoutées quand elles parlent de leurs situations ont été au cœur de mes préoccupations. Avec les parents et les associations de parents, nous avons toujours construit la paire-aidance dans un souci de développer la participation et le pouvoir d’agir.    

Humainement, j’ai beaucoup appris à leurs contacts sur ce que ces personnes vivent au quotidien. Le changement de regard est encore un combat pour une véritable inclusion de ces personnes.

Après ces 30 années bien remplies et engagées au département, j’ai eu envie d’agir différemment, d’être davantage au service et en proximité avec les personnes vulnérables ; j’avais besoin de poursuivre cet engagement solidaire, humain à une autre place et de me confronter à un public que je connaissais moins, celui des personnes en situation de précarité. Lorsque j’ai vu l’annonce du Secours Catholique fin 2021, j’ai saisi cette occasion. Je me suis dit « À 59 ans, il me reste encore une belle étape à accomplir dans ma vie professionnelle. C’est le bon moment ; le Secours Catholique m’a aidée dans ce discernement ».
 

Ancre
Titre du paragraphe
Quelle est ta mission au Secours Catholique ?
Texte

En tant que déléguée départementale, je suis chargée d’animer la vie de la délégation et de faire le lien avec les partenaires nombreux. L’équipe comprend un bureau, dix salariés et plus de mille bénévoles répartis en quarante équipes locales. La délégation avec le bureau, les salariés, et les équipes de bénévoles a pour vocation de donner du sens et du concret aux valeurs de partage et de fraternité, par l’accueil inconditionnel, par les actions proposées et ancrées sur un territoire. Chacun d’entre nous, quelle que soit la place qu’il occupe a pour mission de donner leur place aux personnes en situation de précarité et à porter leurs savoir-faire et talents. Je conçois aussi ma mission dans un objectif de promouvoir l’entraide et l’inclusion, d’expérimenter, d’innover… 

Par ailleurs, notre mission de plaidoyer est essentielle : nous nous devons de porter la voix des personnes accueillies et de faire connaître les difficultés qu’elles rencontrent au quotidien, d’interpeler les élus locaux et les députés pour faire avancer leur cause et reculer la pauvreté. 

Après ces quelques mois au Secours Catholique, je me sens encore en phase d’apprentissage. J’ai encore besoin d’aller à la rencontre des équipes, d’être à l’écoute des bénévoles, des nouveaux projets. Je peux dire que je suis déjà admirative de l’implication des onze cents bénévoles dans le département. Je suis aussi garante des liens entre les équipes, les animateurs et le bureau de la délégation, les instances de gouvernance qu’elles soient à l’échelle départementale comme le conseil d’animation ou au niveau régional et national. 

Nous avons enfin à rendre notre mission et nos actions davantage visibles, ce qui doit nous amener à réfléchir à nos canaux de communication mais également à consolider notre réseau, à embarquer nos partenaires.

Ancre
Titre du paragraphe
Quels sont les projets de la délégation pour 2022-2023 ?
Texte

Les projets de la délégation sont à la hauteur du dynamisme de ses équipes. L’équipe d’animateurs au nombre de cinq est à nouveau au complet, ce qui est essentiel pour bien accompagner les équipes. 

Le conseil d’animation qui s’est tenu au mois de septembre, a réuni le bureau, des salariés et de nombreux bénévoles venus de tout le département afin de déterminer les orientations pour l’année à venir. C’est tout le sens de la démarche Bilans et perspectives. Les questions autour du bénévolat et de la vie d’équipe ont émergé et sont ressorties comme des priorités, afin de consolider et de pérenniser nos actions pour être davantage encore au service des personnes en précarité. Nous aurons à les décliner ensemble pour l’année à venir ! 

Cette année consistera également à continuer d’accompagner et de renforcer nos projets déjà en place. Il en sera ainsi pour l’accueil de jour qui se situe dans les locaux de la délégation, rue Louis Guilloux ; les personnes en précarité peuvent y venir tous les matins, pour prendre une collation, une douche, laver leur linge. Les personnes qui fréquentent l’accueil de jour sont en constante augmentation ; près de quatre-vingts personnes, certains matins. Quelques-unes d’entre-elles deviennent bénévoles chez nous. Cela leur permet de vivre autre chose, de participer à cet élan de solidarité.

D’autres projets sont à l’œuvre ou on reprit, comme « l’étal convivial » par exemple dans le quartier de Maurepas, un lieu de vente à prix réduits de fruits et légumes deux fois par mois pour les personnes en situation de précarité. C’est une expérience qui va guider nos réflexions et questionnements sur un accès digne à l’alimentation. Là aussi, les bénévoles qui gèrent l’étal peuvent être eux-mêmes dans cette situation. Ils sont au cœur de ce projet et par leur implication, contribuent à l’entraide. Bien entendu, les aides financières restent en cette approche de l’hiver un sujet sensible qui nous demandera encore davantage de discernement.

Par ailleurs, nous sommes également en contact avec d’autres associations caritatives et nous apportons notre savoir-faire, notamment sur la question des personnes migrantes qui sont de plus en plus nombreuses à venir frapper à notre porte ce qui nécessite une réelle coordination entre les associations.   

Enfin, un de nos grands projets pour cette fin d’année est la mise en place de la Maison des Familles, à Saint-Jacques de la Lande. Portée par le Secours Catholique, Apprentis d’Auteuil et ATD Quart Monde, cette maison est l’aboutissement de deux années de réflexions qui ont associé familles et bénévoles. Ce sera un lieu (ou plusieurs lieux, car le marché de l’immobilier est très tendu) d’accueil et d’échanges pour les familles, où chacun peut partager son expérience, s’enrichir de celles des autres et trouver un soutien, un espace de vivre ensemble reposant sur la solidarité, l’entraide, le soutien, l’implication et la valorisation des expériences parentales. Sur ce lieu, les parents seront accueillis sur des temps conviviaux, avec ou sans les enfants, des ateliers et des groupes de parole. Les statuts de l’association seront déposés en novembre.

Ancre
0
Texte

(Nous vous invitons également à réécouter l’interview de Véronique Aulnette sur RCF le 5 septembre 2022 en suivant ce lien :  https://www.rcf.fr/actualite/forum-de-la-redaction

 

 

Jérôme Méar